POLYNESIE FRANCAISE PART II

Etape suivante : Raiatea. Cette île partage son lagon avec l’île vanille Tahaa au nord. A notre arrivée nous sommes accueillis par Jo, propriétaire de la pension que nous avons réservé sur les conseils d’Alain de Maupiti Village, notre pension précédente. Nous sommes seuls dans le dortoir de 12 lits, et durant les 3 jours que nous passons sur l’île nous profitons de la télé française, koh Lanta, secret story, le grand journal, tout y passe, et puis le temps mi mangue-mi papaye ne parvient pas à nous motiver beaucoup. Nous ferons quand même 2 bonnes marches, les deux proches d’Uturoa la ville principale de l’ile : la première est celle des « 3 cascades ». Elle nous amène dans la forêt dense et humide du centre de l’île. Nous devons passer quelques ruisseaux et escalader quelques pentes abruptes à l’aide de cordeS installées sur le parcours. Nous mangeons nos sandwichs face à la cascade la plus haute avant de redescendre. La seconde marche, sur un chemin large et sans difficulté, nous hisse près du relais de l’île pour une vue superbe sur le lagon et sur l’ile de Tahaa. La pluie nous oblige à redescendre rapidement et arrivés à la route nous tendons le pouce et rentrons vite à l’hôtel. 

Nous faisons 2 plongées sur l’île, la première sur l’épave du Nordby, un palangrier danois échoué le 22 août 1900. La coque et le gréement sont encore intacts, ainsi que 2 des 3 mats. La plongée est spectaculaire, nous évoluons dans la coque et croisons des rougets, des crevettes, un poisson feuille entre autres. Notre deuxième plongée s’effectue dans la passe de Teavapiti au milieu de bancs de carangues, de baracudas, et en compagnies de requins pointe blanche, pointe noire et de quelques requins gris plus curieux que les autres. Nous remercions Floriane pour les bons thés à bord du bateau après les plongées!

Le lendemain nous nous levons tôt pour prendre l’avion qui en moins de 20 minutes nous dépose à l’aéroport de Huahine. L’île sauvage, en fait formée de 2 îles reliées par un pont : Huahine Nui et Huahine Iti. Nous posons nos bagages chez Guynette, qu’un couple d’autrichiens nous avait vivement conseillé, et effectivement les propriétaires français et l’endroit sont très accueillants. Le premier jour nous allons profiter de la plage qui ne se trouve qu’à une centaine de mètres de l’hôtel. Sable blanc, mer turquoise et mots croisés. Nous réservons aussi notre plongée du lendemain dans la passe de Ava Peihi, non loin de Fare. Cette passe propose un tombant vertical de 30 mètres parsemé de grottes et de cheminées. Nous nous souvenons particulièrement de la murène jaune que l’on ne rencontre qu’à cet endroit, et de la vieille raie léopard qui tournera quelques fois autour de nous, légère et majestueuse. Le lendemain nous partons en stop pour visiter le coté est de l’ile nord, et bien que la dame qui nous prend en stop ne se rende pas si loin elle nous propose de nous déposer où nous voulons. Nous nous arrêtons donc près de la rivière où vivent les anguilles sacrées. Nous passons du temps à les admirer et à jouer avec elles en évitant de se faire aspirer les doigts. Puis nous prenons un petit bateau non loin de là pour nous rendre à la ferme perlière. Nous sommes accueillis par une jeune femme qui nous explique la manière dont les perles sont formées, nous sommes d’ailleurs un peu déçus d’apprendre que la perle est composée d’un gros nucléus, en fait un corps étranger à l’huître qui est insérée dans le coquillage, l’huître recouvrant ce corps étranger d’une fine couche de nacre plus ou moins régulière, la régularité et les teintes de cette nacre faisant la valeur de la perle.

C’est en repartant de la ferme perlière que nous rencontrons 2 français, Nhyl et Adeline, qui ont loué une voiture pour la journée et nous proposent de nous amener à notre prochain point de chute… Nous passons finalement la fin de la journée avec eux, faisant le tour de l’île sud et nous arrêtant sur l’une des plus belles plages pour prendre un bon bain dans une eau limpide. Ils nous font visiter leur bungalow en bord de mer qu’ils avaient réservé pour leur lune de miel, et nous ramènent à notre hôtel! Nous les remercions et espérons que la suite de leur voyage de noce s’est bien passée.

Nous passons la dernière matinée à Huahine sur la plage et nous prenons l’avion en début d’après midi pour Moorea. Nous parcourons les 30 km qui nous séparent de l’aéroport de Moorea à notre bungalow du petit village en stop, allongés à l’arrière d’un pick up afin de ne pas se faire prendre par la police… et nous réservons immédiatement notre excursion pour nager avec les baleines le lendemain matin. Départ 8h du mat et c’est parti pour une matinée autour de ces mammifères de 12 mètres de long. A chaque fois que nous repérons une baleine, nous nous mettons rapidement mais calmement à l’eau avec nos masques et tubas. Quelques fois les baleines se détournent. Mais alors que nous désespérons un peu, nous repérons 3 baleines ; le bateau se place sur sa trajectoire et nous nous jetons dans les vagues… et là, après quelques secondes qui paraissent interminables, 2 énormes baleines passent à quelques mètres au dessous de nous! L’une d’elles vrille et nous montre son ventre comme pour nous saluer. Elle semble évoluer au ralenti. Malheureusement notre entrevue ne durera que quelques secondes, la mer étant houleuse et la visibilité limitée. Mais ce moment restera gravé dans nos mémoires. Le bateau nous emmène ensuite sur un spot ou nous pouvons nager avec des raies pastenagues et des requins pointe noire. Mais étant donné que les animaux sont nourris par notre capitaine, l’authenticité de la rencontre est un peu ternie. Cependant nous sommes tous comme des enfants autour de ces raies que nous pouvons toucher et de ces requins qui s’approchent très près. En rentrant, nous voyons des dizaines de dauphins nager dans les vagues formées à l’entrée de l’une des passes de l’île : de belles images, les dernières avant notre retour sur Tahiti, pour enchaîner sur notre vol vers l’Île de Pâques le 26 septembre.

Polynésie
Album : Polynésie

9 images
Voir l'album

Publié dans : POLYNESIE | le 18 octobre, 2010 |13 Commentaires »

POLYNESIE FRANCAISE PART I

Tahiti-Bora Bora- Maupiti 

Nous quittons Auckland le 9 septembre sous la pluie et arrivons à Tahiti sous le soleil et au son du Ukulélé… Comme il est tard, nous filons à l’hôtel, partageant un taxi avec un couple franco-australien, non sans avoir préalablement attendu le bus qui n’est jamais venu. Le lendemain, nous décidons de quitter rapidement Tahiti pour aller découvrir les iles sous le vent. Nous achetons le passe « 5 iles » après avoir étudié en long et en large toutes les possibilités. Nous savons quelles iles nous voulons voir, combien de temps nous voulons y passer et l’ordre dans lequel nous voulons les visiter. Maintenant il nous faut jongler avec les billets d’avion, car certaines liaisons ne sont pas possibles, d’autres ne se font que dans un sens, d’autres encore ne sont possibles qu’une à 2 fois par semaine… Après une longue prise de tête et quelques concessions, nous arrivons à caler le voyage. Parallèlement on se dit qu’on est au paradis et qu’on devrait peut être rallonger le séjour, histoire de bien profiter de l’archipel. Nous prolongeons donc de 11 à 18 jours notre escale en Polynésie. Et voilà : après la visite des bureaux de Lan et ceux de Tahiti Nui, nous sommes prêts à quitter Tahiti. Nous voulons privilégier les petites iles, il sera toujours temps de revenir à Tahiti lors d’un prochain voyage aux marquises ou aux Iles Tuamutu !! J 

En fin d’après midi nous arrivons donc à Bora Bora, la bien nommée « Perle du Pacifique » bien que devenue très touristique et critiquée très fortement des polynésiens. Nous trouvons tout de même une petite pension, pas très chère et loin du coin des grands hôtels et des touristes ! En attendant le proprio de l’hôtel, appelé par nos voisins (pêcheurs) voyant que nous attendions devant une porte close, nous sympathisons un peu avec eux… Et heureusement ! Eh oui, une fois installés dans notre petite maison (cuisine US, salon, salle de bain, et chambre à l’étage !) il est tard, nous sommes loin du centre et nous n’avons rien à manger… On s’en va donc sonner chez le voisin, histoire de lui acheter du poisson… Mais il nous le donne…On insiste, il insiste, on réinsiste, il réinsiste… Et nous propose même de venir le cuisiner chez lui…Comme nous n’avons pas le beurre par exemple, on se laisse convaincre… Finalement il nous préparera le poisson et nous fera découvrir une spécialité polynésienne de poisson cru ! Tama Mété (Bon appétit !!). Il nous fait du riz, nous sort du pain, du beurre, à boire etc… Nous sommes traités comme des rois, par ce petit monsieur, Sylvain, qui nous a tout donné, lui qui n’a presque rien à nous qui avons tout. Il nous arrachera même la vaisselle des mains, insistant pour qu’on ne la fasse pas… Un phénomène ! Un grand moment ! Le lendemain, il fait beau, nous louons des vélos et faisons le tour de l’ile. Nous n’arrivons pas à trouver « la » plage, ou si, mais tellement petite que nous la ratons et continuons nos 35km sur nos vélo à rétropédalage (dur dur dans les montées et plutôt pas très sécuritaires dans les descentes !) Le soir, c’est repas de fête… Nous célébrons « nos 1 an de Brighton », notre première rencontre… Là que tout a commencé J (A voir sur le blog !) Le lendemain, nous allons rendre nos vélos et poussons un peu en stop jusqu’au départ d’une marche qui nous mène vers les sommets de l’ile, histoire de pouvoir admirer le lagon des 2 cotés de l’île. Malheureusement, il fait gris et quelques averses ne nous épargnent pas…Toujours pas de baignade ! On rencontre Sylvain au supermarché, et nous l’invitons à partager des hamburgers chez nous… Quelques bières plus tard, c’est encore une bien belle soirée que nous avons passé en sa compagnie. Nous ne nous attendions pas à trouver tant de gentillesse à Bora, tant critiquée, mais nous avons tout gagné ! Nous repartons le cœur lourd… Mais le porte monnaie toujours plus léger ! 

Un avion plus loin, et de nouveau un survol de l’archipel appareil collé au hublot, nous atterrissons à Maupiti… Là encore une bien belle surprise. C’est la Bora d’y’a 50 ans… Ilot le plus sauvage de l’archipel. Nous nous incrustons dans un bateau qui emmène du motu (ile) de l’aéroport sur le motu où se trouve la pension les touristes qui avaient réservé. Plusieurs hôtes sont présents à l’aéroport, mais au feeling on se dirige vers cette dame qui a l’air bien gentil. Bonne pioche… Ce n’est bien sûr pas le grand luxe mais l’ambiance y est excellente et la bonne humeur de mise, avec quelques couples de français avec qui nous partageons les repas en demi-pensions. Audine, notre hôte nous régalera pendant 5 jours : fondue chinoise, mahi-mahi à la vanille, poisson cru et surtout langouste de qualité en quantité. Encore une fois nous sommes traités comme des rois. Au programme : canoë, détente, plage, pétanque, chasse à la raie manta qu’on ne trouvera pas… Mais c’est pas grave, on en prend plein les yeux de notre paradis terrestre, une eau limpide, une plage déserte, une vue sur l’ile principale et son volcan. Le tour du Motu se fait rapidement, en 1 h, mais en 5 jours on ne s’ennuiera pas une seconde. C’est la pause détente du tour du monde, les vacances dans les vacances. 

Etape suivante le 17 septembre : Raiatea.

Tahiti
Album : Tahiti

26 images
Voir l'album

Publié dans : POLYNESIE | le 12 octobre, 2010 |12 Commentaires »

Le betisier du 3eme trimestre

Quelques photos pour patienter avant le récit de notre passage en Polynésie d’ici quelques jours… On a pris un peu de retard dans nos articles mais on rattrape ça rapidement, promis.

Merci pour vos commentaires toujours aussi nombreux et toujours aussi motivants!

D’ailleurs on a de la concurrence sur les road trips, on a bien ri en lisant les commentaires/articles sur le périple dans le grand nord, quelle aventure!… (content d’être venu…;)

Betisier 3
Album : Betisier 3

19 images
Voir l'album

 

 

 

 

Publié dans : Non classé | le 4 octobre, 2010 |11 Commentaires »

La Nouvelle-Zelande en Wicked : Part II

L’Ile Nord


Débarquement du ferry le 1er Septembre dans la nuit à Wellington, ville que nous ne faisons que traverser pour aller passer la nuit sur une aire d’autoroute un peu plus loin. Petite escapade dans les gorges dont le nom nous échappe (:)). Et nuit au plus près du point de départ d’une marche de 8h que nous espérons faire le lendemain dans le parc de Tongariro. A notre arrivée c’est la tempête : Des trombes d’eau sont balayées par le vent devant notre pare brise que les essuie-glaces ont du mal à éclaircir. Le lendemain matin rien n’a changé, les nuages sont bas et la pluie n’a pas cessé. Nous décidons d’abandonner l’idée de la marche et de monter un peu plus au nord pour rejoindre la ville de Taupo, située à la pointe nord du lac du même nom. Vu le temps nous ne pouvons pas faire grand-chose et nous installons dans la bibliothèque de la ville pour recharger l’ordinateur et faire un peu de tri dans les photos. Puis nous reprenons la route en direction de Rotorua, et nous traversons les sources d’eau chaude nombreuses dans les environs. La plupart d’entre elles sont exploitées par des spas mais notre guide indique une source qui reste inexploitée où il est donc possible de se baigner gratuitement. Nous y passons une bonne heure, dans une eau à 40 degrés diffusant un parfum soufré qui ne nous empêche pas d’apprécier la sensation pure d’un bain chaud au milieu de la nature.
Le lendemain nous nous arrêtons au pied du Mont Maunganui pour une marche qui nous mène à son sommet d’où la vue sur la ville et sur le lagon est magnifique. Le soir nous arrivons à Auckland et passons la nuit près du musée afin de le visiter dès le lendemain matin. Des expositions d’objets issus du quotidien des maoris, expliquant leur vie, leurs rites, leurs croyances, des salles dédiées à la faune et à la flore du pays (un moa reconstitué taille réelle domine les visiteurs impressionnés), en passant par une exposition sur les volcans, leur formation, leurs éruptions et leurs conséquences : Nous arpentons les étages du musée pendant plus de 2 heures.
Ensuite nous allons faire une marche de 10 km près de l’endroit où a été signé le traite de waitangi entre les européens et les maoris en 1840. Il met ainsi en place une cohabitation qui sera pour le moins mouvementée pendant quelques années : Les maoris ayant signé en pensant garder un certain pouvoir sur leurs terres alors que les européens ne l’entendent pas de la même manière et s’imposent un peu plus que prévu dans les textes. La marche est agréable et nous fait traverser de la mangrove pour atteindre une belle cascade.
Le jour suivant nous arrivons à la baie des îles où le temps ne nous permet pas de profiter des paysages. Il ne nous reste que 2 jours avant de prendre notre vol pour la Polynésie depuis Auckland et nous décidons de redescendre par la côte ouest. La route passe par la forêt des kaoris, des arbres énormes qui nous font sentir tout petits, avec pour les plus gros un tronc d’une circonférence de plus de 5 mètres et une hauteur de plus de 50 mètres (on imagine que le directeur du film le Seigneur des Anneaux s’est inspiré de ces arbres pour son film).
Retour à Auckland où nous avons le temps de monter sur les volcans verdoyants pour de beaux panoramas sur la ville. Le soir c’est grand ménage pour faire briller notre van avant de le rendre le lendemain à la première heure. Enfin nous pouvons dire adieu à la vie à l’étroit, qui nous a tout de même permis de voir du pays en le peu de temps que nous sommes restés chez les kiwis.

Nouvelle Zelande Ile NORD
Album : Nouvelle Zelande Ile NORD

9 images
Voir l'album
Publié dans : NOUVELLE ZELANDE | le 1 octobre, 2010 |7 Commentaires »

La Nouvelle-Zelande en Wicked : Part I

L’île SUD

Avant tout quelques remerciements de Franck:

Merci à tous ceux qui ont pensé à mon anniversaire et qui m’ont envoyé un mot, une carte, un dessin ou un powerpoint, on a fêté mes 32 étés dans un cadre de rêve près de Dunedin et les surprises qu’Hélène m’avait réservées m’ont vraiment fait plaisir et même ému, alors un grand grand merci à toutes et à tous et particulièrement à ma belle aventurière…

Nous atterrissons à Christchurch le 19 Août après avoir enchaîné 3 vols : Cairns-Sydney (via Brisbane et changement d’avion) puis Sydney-Christchurch le lendemain matin. 

La première mission après nous être rendus en ville est de trouver le bureau Wicked de la ville. Eh oui, on ne change pas une méthode qui gagne et surtout qui ne coute pas cher… Du moins, moins cher que les autres options ! Nous y arrivons enfin, non sans difficulté : l’ancien manager a mis le feu au garage précédent et nous devons tâtonner pour trouver la nouvelle adresse, sac au dos. Nous obtenons un bon prix et partons vers la Banks peninsula. Il fait déjà presque nuit mais la route révèle au détour de virages et de collines des paysages vallonnés et verdoyants, parsemés de lacs et de moutons !… Nous ferons notre première vaisselle le lendemain dans un ruisseau en bord de route : quel meilleur cadre pour une vaisselle ? Puis c’est la direction du sud pour commencer notre tour de l’île et un premier arrêt au Lac Tekapo. Malgré le mauvais temps, nous faisons une bonne marche mais ne pouvons malheureusement pas admirer la vue. Tant pis, le temps presse et le lac Pukaki nous attend puis dans la foulée le Mont Cook, dans le parc national Aoraki. Le temps n’est toujours pas terrible, mais cette fois nous décidons de rester une nuit de plus pour avoir une chance d’admirer le paysage comme il se doit le lendemain. Mission accomplie puisque le lendemain, après une marche dans la Hooker Valley, c’est du Tasman glacier que nous nous approchons. Et là, spectacle superbe de la face terminale du glacier, avec quelques « icebergs » flottants au milieu du lac qui termine le glacier… Paysage magique et extraordinaire. Le soleil est toujours là quand nous repartons et nous admirons au retour le lac Pukaki d’une couleur tobago où se reflètent les montagnes environnantes. Encore une fois le spectacle est fabuleux. C’est à coup sûr un point fort de notre périple… Mais la NZ recèle de ces paysages magnifiques, nous en prendrons pleins les yeux tout au long de notre route. Puis c’est la direction de Dunedin, ville charmante sur la côte Est, qui se termine en une péninsule sublime. La route nous transporte comme sur un tapis volant le long des collines et des virages jusqu’à une petite plage désertée… des hommes… C’est ici le paradis des lions de mer et des otaries en tout genre et de tous poils. De tout là haut, on croirait des petites buches échouées sur la plage, puis quand on descend la falaise, on s’aperçoit que c’était une mère et ses petits, un peu plus loin c’est une colonie, encore plus loin ce sont des otaries qui essayent de se reposer essayant d’oublier les clics de nos appareils… Enfin c’est une famille (enfin, finalement on n’en sait rien !! J ) Deux gros et deux petits chahutant… Les gros sont vraiment énormes, là ils ne sont plus en train de dormir, quand ils se déplacent, c’est une sacrée masse qui avance agilement malgré le poids. Heureusement, nous restons à plusieurs mètres et hors de portée. Le spectacle est saisissant, nous restons assez longtemps sur la plage à contempler ce spectacle étonnant. Nous sommes le 23 Aout, c’est un beau cadeau d’anniversaire pour Franck mais ce n’est pas fini. En fin d’aprem’, c’est les courses surprises pour le diner d’anniv. Puis les préparatifs commencent : pendant que Franck tente d’apercevoir des pingouins sur la plage de nos lions de mer, Hélène s’affaire en cuisine (enfin dans le coffre qui fait office de …) Au Menu : Apéro Toast-Pâté chips mexicaines et son guacamole, Puis Falafel maison ( !), et sa salade d’houmous, puis Crevettes cuites au pesto basilic-parmesan-pignons de pain. Puis le plat de résistance avec un bon saumon du pays, quelques tagliatelles colorées. Et enfin un gâteau infecte : un succulent brownie gâché par des raisins secs dégueu…(y z ‘ont pas idée, quand même) qui finira à la poubelle ! Heureusement les bougies et les étincelles sont là pour relever le niveau ! Entre chaque plat Franck découvre les attentions de sa famille et de ses amis, qui avaient pensé à lui, en envoyant messages, photos, cartes tous plus émouvants les uns que les autres. La surprise était totale puisque Franck n’avait pas deviné qu’Hélène rassemblait dans son dos les précieux documents pour qu’il ait un peu de chacun à l’autre bout du monde. Au moment du gâteau, Franck croyant ouvrir une boite de ferrero, enroulée dans du papier cadeau local (du PQ) ouvre finalement son cadeau : une montre achetée le temps d’un pipi à l’aéroport…Sacrée organisation pour réussir une surprise quand on est 24/24 ensemble ! Après toutes ces émotions, quelques litres d’alcool et quelques chansons…le matin est déjà là… La nuit va être courte ! Départ pour le sud, en passant par le parc national des Catlins et la route qui longe la côte. C’est beau mais un mal de crâne ne nous permet sans doute pas d’apprécier à sa juste valeur le paysage. Malgré tout, cachés sur la plage dans un abri conçu pour voir sans être vu, nous apercevons en fin de journée le retour des pingouins aux yeux jaunes, les plus rares du monde ! Nous nous couchons tôt et satisfaits et prenons la direction des Fjords le lendemain ! Au programme le « Doubtful » Sound baptisé de la sorte par Captain Cook ( encore lui : c’est déjà lui qui nomma les whitsundays un fameux dimanche blanc et d’autres lieux du « coin ») car il était douteux que les vents du Fjords soient assez forts pour ramener le bateau vers la mer ! La balade commence par la traversée du lac Manapouri en bateau pendant plus d’une heure. Puis c’est la centrale Hydro Electrique que nous visitons, construite dans la montagne, entre le Fjord et le lac. Puis nous prenons un bus pour arriver au début du Fjord. Et oui le Doubtfull n’est pas accessible facilement et il se mérite !! La brume est là ce qui donne à ce Fjord un côté encore plus mystérieux. Nous avons la chance d’apercevoir des dauphins à long nez, sautant près du bateau. Puis le moteur s’arrête et là c’est 15 mn de bonheur, les dauphins jouent pour le plus grand plaisir de la vingtaine de passagers, ahuris ! Décidément, c’est la semaine « animalière » ! Le lendemain c’est le Milford Sound, long de 22 km qui nous attend. Plus accessible, plus touristique et donc plus cher mais pas forcément plus éblouissant, il offre cependant un beau spectacle. Comme il a beaucoup plu ces derniers jours, les cascades foisonnent et sont énormes. Les montagnes sont plus hautes et tombent à pic dans l’eau. C’est ici que se trouve le Mitre Peak, la montagne la plus photographiée de NZ. Nous ne manquons pas à la tradition ! 

Enfin c’est la remontée vers le Nord et les glaciers, via la côte ouest que nous opérons. D’abord le Fox glacier : une marche jusqu’à la face terminale et nous pouvons presque le toucher. Le spectacle est super. Cette grosse coulée qui ne cesse d’avancer ou de reculer au fil des années, au gré des tombées de neige et des températures. Le tour du lac Matheson pour finir la journée avec le sommet enneigé du Mont Cook (du côté ouest cette fois !) qui s’y reflète au coucher du soleil. La journée bien remplie se finit au Franz Josef Glacier. Prêt à braver la glace le lendemain, mais cette fois avec l’option « aventurier ». Eh oui, une fois n’est pas coutume après les croisières, les plongées, les Fjords, nous cassons une nouvelle fois notre tirelire pour nous payer une « Full day » sur le glacier. Une expérience exceptionnelle extraordinaire pour nous ce jour là. Déjà le temps est au beau fixe, c’est un bon point. Puis nous partons en petit groupe avec notre guide, pioche en main à l’assaut de ce glacier. Au programme : crevasses, caves, escaliers sculptés dans la glace, escalade, cordage, rampage et j’en passe. Une journée folle et la découverte d’un milieu inconnu : la glace. Sous les voutes bleues, nous nous photographions, tout en nous faufilant le long des parois ruisselantes à l’intérieur du glacier. C’est absolument génial ! Nous repartons le soir même, faisant un crochet par Okarito Lagoon pour voir le coucher du soleil rosir le haut des montagnes qui se reflètent dans le lagon. C’est redondant peut être mais nous ne sommes pas blasés ! Nous avons déjà bien trainé dans l’ile sud, presque 2 semaines, il nous faut foncer au nord pour prendre le ferry qui nous emmènera sur l’ile nord et Wellington. Sur la route, en express, nous passerons par Hokitika et Punaikaki, les Bullet Gorges et par la ville de Nelson, avant de rejoindre Picton où nous embarquerons à 7h du soir le 1er septembre. 

Nouvelle Zelande Ile SUD
Album : Nouvelle Zelande Ile SUD

37 images
Voir l'album

Publié dans : NOUVELLE ZELANDE | le 5 septembre, 2010 |20 Commentaires »
123456...16

2 Porret au Brésil |
Location à Cargèse |
bourgeois71 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alissoned
| Brésil septembre 2009
| I Take you on a trip...