De Cuzco au Machu Picchu

Nous arrivons par le bus de nuit à Cuzco au petit matin, où l’on nous cueille, une fois n’est pas coutume, à la sortie du bus pour nous mener dans un hôtel. Charmante vue sur la ville, nous somme dans le quartier de San Blas, sur les hauteurs, la montée est donc rude. Nous nous recouchons et occupons le reste de la journée à organiser les prochains jours dans la vallée des incas : choix du train pour gagner le Machu Picchu (MP) par Ollantaytambo, une ville inca où l’on peut visiter de superbes ruines, choix du billet touristique (partiel) qui nous permet de visiter les ruines de Pisac, d’Ollantaytambo et le site de Moray. 

Rien n’est établi sur l’origine de la civilisation inca, ce qui est sur c’est qu’ils fondèrent la ville de Cuzco aux alentours de l’an 1200, que durant 2 siècles les maitres de la vallée se succédèrent et qu’ils commencèrent à soumettre leurs voisins immédiats, parfois au prix de durs combats. Du temps de la splendeur de l’empire, qui ne dura que moins d’un siècle (de 1438 à 1532), les incas dominaient un immense territoire couvrant largement le Pérou, la Bolivie, l’Equateur et un bon morceau de la Colombie. C’est à l’arrivée des espagnols, et plus particulièrement du célèbre Francisco Pizarro et de ses hommes, en 1532, que l’empire incas est mis en pièces et que la colonisation du Pérou commence. 

Nous goupillons tout bien et partons dès le lendemain pour Pisac en collectivo (minibus-taxi collectif). Nous y visitons le marché ultra touristique où l’artisanat est désormais plus qu’omniprésent et les vendeurs de fruits et légumes réduits à occuper quelques mètres carrés. Puis, nous nous apprêtons à trouver un taxi pour monter jusqu’aux ruines de Pisac à quelques 8 kilomètres quand l’un d’eux  s’arrête près de nous avec à son bord Jérôme et Delphine, qui, bien qu’ayant dormi au même hôtel que nous, ont prévu de passer plus de temps dans la région. Ils ont finalement décidé de commencer par Pisac. C’est parti, nous débutons la visite des ruines ensemble et finirons… séparément. Le site est gigantesque et regorge de détours, chemins, maisons, temple. Comme dans toutes les constructions incas l’ajustement des pierres est admirable. Nous regagnons tous le village à pied, par le sentier qu’empruntaient les incas, à notre rythme, et ne nous retrouverons que plus tard. Quant à nous, un dernier tour dans le marché et nous filons vers Urubamba, ville étape chère et sans aucun intérêt où nous nous écroulons dans l’hôtel le moins cher de la ville non sans avoir fouillé chaque ruelle de fond en comble. 

Le lendemain, détour en collectivo vers le sud pour rejoindre Maras où des taxis hors de prix attendent le touriste pour lui faire faire le tour habituel de deux sites superbes : Moray et les salinas. Moray est un site inca où l’on peut admirer un ingénieux système de terrasses en amphithéâtre. Les scientifiques pensent que le site servait de laboratoire écologique, c’est-à-dire que les incas testaient différentes cultures sur différents niveaux pour constater à quel endroit les plantations seraient le plus productives. Puis direction les salinas, où, en pleine cordillère on admire un spectacle époustouflant : pas moins de 4000 bassins de sel, dont les plus anciens étaient exploités avant les incas ! Une source d’eau saturée en sel coule à cet endroit pour la plus grande joie de la population qui l’exploite. Puis un sentier nous mène après une heure de descente douce vers la route qui reprend vers Ollantaytambo. Une voiture s’arrête juste quand nous sortons du sentier et nous mène pour 2 soles à notre but. 

Il est encore tôt, journée bien chargée et nous commençons la visite du site. Des ruines superbes, en fait une forteresse qui gardait la route du chemin du Machu Picchu (MP) ! A la fin de la visite nous recroisons D et J avec qui nous dinons un bon hamburger. 

Le lendemain matin, c’est le grand jour, levés à 5h pour prendre le train de 6h qui nous mène d’Ollantaytambo vers Agua Callientes, au pied du MP, en 3h. A la sortie du train, branle bat de combat : on pose nos valises dans le premier hôtel de la ville, achetons notre billet de bus, nous faisons refouler au bus (départ toutes les 20mn) car il nous faut notre billet pour le MP pour entrer dans le bus qui y mène, tour en ville pour l’acheter, retour au bus et ouf les 2 dernières places du bus suivant, qui nous mène après 13 lacets très serrés à l’entrée. Nous entrons sur le site sous une pluie fine et nous précipitions au poste contrôle pour l’ascension du Wayna Picchu puisque pour des raisons de sécurité seuls les 400 premiers visiteurs de la journée sont autorisés à monter. Nous gravissons les marches hautes et interminables, la pluie a cessé, et nous arrivons enfin au sommet, d’où la vue plongeante sur le site inca et sur la vallée est à couper le souffle. La matinée est nuageuse ce qui ajoute au mystère du site. Nous nous asseyons une bonne heure pour admirer le panorama, sous des pluies intermittentes et nous mangeons tranquillement nos sandwichs. Nous redescendons en début d’après midi pour faire la visite du site. Les ruines ont été redécouvertes par l’archéologue américain Bingham en 1911, tout à fait par hasard. Il fut d’ailleurs étonné de constater que cette cité perdue était habitée par un couple d’indiens cultivant les terrasses alors que l’endroit était recherché depuis des siècles par les archéologues. Il faut dire que le site est parfaitement invisible depuis la vallée et les archéologues ne savent toujours pas pourquoi il a été construit : Il n’y a aucune certitude sur aucun aspect du MP, aucune histoire écrite puisque les incas ne savaient pas écrire. Nous parcourons les ruines à l’aide de notre « guide » et en profitons pour filmer quelques séquences destinées à l’élaboration d’un petit film cadeau d’anniversaire de Pierre, le frère de Franck. Nous restons jusqu’à la fermeture, la dernière heure nous faisant profiter du cadre quasiment seuls, à l’exception des quelques lamas qui vivent ici. Nous redescendons à la ville et rejoignons D&J pour un bon  repas précédé d’un bon pisco sour. Le lendemain matin nous prenons le train pour Ollantaytambo puis regagnons Cuzco en bus. Remontée à San Blas pour une nuit. Le 6 décembre, quelques emplettes au marché artisanal de Cuzco et direction Nazca en bus de nuit dont le trajet se révélera plus que mouvementé ! (Suite au prochain numéroJ)

De Cuzco au Machu Picchu
Album : De Cuzco au Machu Picchu

21 images
Voir l'album

Lien vers la petite suprise pour le frérot : http://www.youtube.com/watch?v=WZKSugHOYDE

Publié dans : PEROU |le 18 décembre, 2010 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 18 décembre 2010 à 8:05 Gigi écrit:

    Et alors, que se passe t’il ? Auriez vous été piqués par quelque insecte sub tropical ? Vous publiez vos articles les uns après les autres à toute vitesse… A moins que vous ne nous jouiez un remake du  »Lièvre et la tortue »…

    Mais je ne vais pas me plaindre ! Quel beauté que ce Machu Pichu… Vous avez bien de la chance d’avoir pu le voir et surtout de l’admirer aussi longtemps.

    A trés vite, gros bisous

  2. le 18 décembre 2010 à 9:09 françoise écrit:

    Coucou les globs!!!
    Magnifique, epoustouflant les photos et le film destiné à Pierre;cadeau original chapeau!!!
    On est toujours impatien d’ouvrir votre lien .
    Bises à vous deux et à +
    Françoise.

  3. le 18 décembre 2010 à 17:35 Anonyme écrit:

    Grandiose ! que dire d’autre ?
    On en dira plus mardi soir, nous vous attendons avec impatience.
    Elle a raison Gigi, vous êtes en train de rattraper le temps perdu, mais aurez vous assez des 3 derniers jours pour tout nous raconter ?
    A part si vous restez bloqués par la neige à Londres ou à Paris, ce serait un comble !
    Bisous.

  4. le 20 décembre 2010 à 15:15 Anonyme écrit:

    snif snif snif la rapidité d’envoi de vos article, nous fait ressentir la fin du voyage. Alors les tourtereaux profitez du temps qu’il reste
    Bisous

Laisser un commentaire

2 Porret au Brésil |
Location à Cargèse |
bourgeois71 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alissoned
| Brésil septembre 2009
| I Take you on a trip...