Archive pour mai, 2010

Khajuraho, (et combien à Varanasi ?)

Départ la veille de Delhi, arrivée supposée à 8h du matin, nous comptons repartir dès le lendemain après avoir visité les fameux temples érotiques. Mais bon, en Inde, il ne faut pas trop compter sur les horaires des trains, et le notre n’arrivera qu’à…16h, soit 8h de retard sur un trajet qui ne devait en prendre que 10 ! Des français, embarqués dans le train après nous, à Agra, n’aurons pas d’autres choix que de se payer un taxi à leur arrivée à Khajurâho pour foncer prendre un bus et un autre train qui les emmènera à leur étape suivante…Et oui, une semaine pour l’Inde, c’est la course pour eux, et booker trop à l’avance n’est pas le bon plan. Quant à nous, nous ferons notre visite de la ville en toute tranquillité le lendemain donc. Nous allons sur internet pour booker notre prochain train, et là encore nous serons coincés 2 jours, ce qui n’est pas pour nous déplaire, puisque la ville est calme, tranquille, et nous repose de l’agitation des précédentes. 

Le lendemain nous nous attaquerons donc aux fameux temples érotiques. Le groupe Ouest compte 9 temples, plus ou moins grands mais tous ayant de magnifiques façades sculptées dont certaines dévoilent si on y regarde attentivement des positions du Kama Sutra. On ne sait pas bien la signification de ces temples…Mais cela ne nous empêche pas d’en prendre plein les yeux ! 

Le soir, nous essayons d’apercevoir le « son et lumière » (oui, oui !!) de la terrasse d’un resto, mais à peine installés et servis dans notre arbre, (en plus de la terrasse sur le toit, une table est aménagée dans un arbre, à même hauteur !) le serveur tente de nous dégager comme quoi son patron vient d’appeler et des personnes importantes doivent venir etc… Nous décidons de finir tranquillement sans nous presser ! Après tout, nous étions là avant !! Et puis, déjà qu’ils n’ont pas de Malai Kofta, et comble d’un resto en Inde, pas de bouteille d’eau, c’est Franck qui devra aller en chercher deux dans une échoppe dans la rue… Bref, nous étions déjà un peu échauffé, quand le serveur revient une deuxième fois pour nous dire que dans 5mn il faut qu’on ait terminé le repas… Après négociation, rien n’y fait, c’est le ministre du tourisme qui vient jouir de la vue sur les temples et profiter de NOTRE arbre. Nous nous en allons finir notre repas sur la terrasse, relégués au 2ème rang ! En réglant la note, sur laquelle nous n’obtenons pas la moindre roupie de discount, deux français nous alpaguent pour nous proposer une excursion le lendemain en foret, départ 6h…Nous déclinons l’offre, (nous voulons nous reposer), mais engageons la conversation. Le lendemain nous nous retrouvons par hasard au resto, la ville n’est pas bien grande ! Nous nous baladons en ville tous les 4, passant par les magasins et les temples jains du groupe est. Le soir nous allons tous à la gare, car Carole et Stéphane vont, eux aussi, à Varanasi.

Khajuraho
Album : Khajuraho

11 images
Voir l'album

Publié dans:INDE |on 26 mai, 2010 |9 Commentaires »

Delhi(-délo)

Le 6 mai, tard, nous arrivons dans une grosse gare et on nous répond qu’on est bien à Dehli : Ouf ! Le trajet devait prendre 4 h, il en prit 5, c’est bien… Armés de notre GdR et de la carte détaillée des environs de New Dehli où nous sommes sensés être arrivés, nous tentons de nous repérer…Nous marchons dans la direction supposée être la bonne, la route devrait tourner à droite, mais ça ne fonctionne pas… La ville a-t-elle changé ? Notre plan est-il faux ?… On trépigne, on piétine, on s’interroge. Nous retournons à la gare pour vérifier : Bingo ! Nous n’étions pas à la bonne gare. C’eut été trop beau. Nous sommes descendus à la première gare de Dehli : Nizzamudin, au sud de la ville, quand New Delhi est au centre et Old Delhi, au Nord…Donc à une quinzaine de Km de New Delhi. Nous décidons de reprendre le train, après tout nous avons un billet. Nous cherchons quel prochain train pour New Delhi car évidemment celui qu’on a quitté ne nous a pas attendus ! Finalement il nous faudra attendre quasiment une heure car le train aura du retard ! Bref, nous finissons par arriver à destination et armés de notre GdR et de la carte détaillée des environs de New Delhi, nous nous repérons enfin !!! Nous nous dirigeons dans le quartier routard : Pahar Ganj. Après plusieurs essais peu concluant nous échouons dans un hôtel sans grand charme mais d’un bon rapport qualité-prix… Avec la clim’ ce qui n’est vraiment plus un luxe, vu les chaleurs qu’il nous faut désormais supporter. (Plus de 50°C !) Nous nous écroulons de fatigue… 

Le lendemain, nous irons à la gare, pour tenter de booker notre prochain train, pour Khajuraho et ses fameux temples érotiques. Malheureusement le train que nous avions repéré trois jours après est déjà plein. Nous ne prenons pas le risque d’être en « Waiting List », et nous bookons donc le prochain. Il n’y a pas de trains tous les jours, nous voilà donc coincé à Delhi pour 5 jours. Heureusement il y a de quoi faire mais pourtant, souvent, dans notre boui-boui préféré, nous admirons pendant des heures, l’agitation urbaine du quartier : des touristes qui déferlent, nez au vent et sac au dos à la recherche de leur hôtel, des soixante-huitards qui ne sont jamais rentrés en occident après leur trip en Inde (et il y en a un sacré paquet !), des rickshaws, des commerçants, car le quartier est envahi de boutiques bien sûr ! Et la misère, partout tout le temps. Nous avons notre stock de monnaie, et chaque jour, à notre table c’est le défilé. 

Pour notre lot de visites, nous commencerons par New Delhi. Le premier jour nous allons voir le musée national pendant les heures chaudes, malheureusement c’était le jour le plus frais depuis et pour longtemps, mauvais calcul. Nous admirons pendant plusieurs heures les œuvres de l’art et les pièces de l’histoire indiennes… Il est trop tard pour poursuivre notre programme défini, et après tout nous avons désormais 5 jours pour parcourir la ville ! Le lendemain, nous allons dans le vieux quartier musulman nous promener et visitons la tombe d’Humayun. C’est, comme le Taj un très grand édifice, dans un joli parc. Mais le monument est quant à lui en grès rouge, et disons-le, après le Taj, plus rien n’a la même saveur. Nous profitons tout de même du parc où Franck, non content de n’avoir rien ramené de sa session pêche précédente essaye de chasser un malheureux paon. Heureusement, sans succès !  Après ces 2 journées intensives de visites (!!) nous nous accordons un pause shopping… Nous dévalisons un magasin de chaussures ! 

Le lendemain, nous partons à l’assaut d’Old Delhi. Les rues sont vivantes, pleine de scènes toujours plus surprenantes. Nous prenons la direction de la plus grande mosquée d’Asie. Accoutrés de nos plus belles tenues, fournies à l’entrée de la mosquée, (une magnifique robe de chambre rose à poix blancs pour Hélène, matière synthétique, puante à souhait, et une jolie jupe culotte bleue pour Franck) nous découvrons ce lieu et grimpons en haut du minaret sud pour apercevoir toute la ville ! C’est magique, mais nous nous faisons rapidement virer car la prière va commencer et il nous faut déguerpir au plus vite. A la sortie, non content de ne rien recevoir de notre part pour avoir « surveillé » nos chaussures, un garde nous insulte et nous fait un geste pas très catholique ! Ni musulman d’ailleurs ! Un peu remontés, nous poursuivons notre promenade, passons devant le fort rouge que nous ne prendrons pas la peine de visiter (point trop n’en faut, ras le bol des forts !), et trouvons refuge dans un temple sikh, paisible et zen, où nous prendrons quelques clichés de vieillards en habits traditionnels, fort photogéniques ! Nous regagnons le métro de Delhi (le seul d’Inde, contenant 4 lignes) et notre hôtel après avoir bravé une fois de plus une foule curieuse, dense et compacte. 

Le lendemain, c’est notre dernier jour dans la capitale, il nous faut encore aller visiter le plus beau monument de Delhi : le Qutb Minar. C’est un site archéologique, datant du X ou XIème siècle, regroupant plusieurs temples, sur lesquels se répandent des écritures coraniques très esthétiques, et un Minaret dans lequel nous ne sommes pas autorisés à monter, une bousculade dans les années 70 y ayant fait 40 morts. Nous admirons d’en bas cette gigantesque tour cannelée, qui est le plus haut minaret et sans doute le plus beau du monde. C’est un peu la course pour ce dernier jour… Nous rentrons vite à l’hôtel, prenons les sacs, agrippons un rickshaws et fonçons à Nizzamudin, une fois n’est pas coutume pour prendre notre prochain train, qui nous emmène de nuit à Khajuraho.

Delhi
Album : Delhi

19 images
Voir l'album

Publié dans:INDE |on 23 mai, 2010 |6 Commentaires »

Agra dou dou dou !

Nous arrivons à la gare d’Agra le 3 mai. Elle se situe juste en face du fort rouge. Nous prenons une rickshaw qui nous amène dans le quartier que nous avons sélectionné pour y établir notre camp, celui de Taj Gang, où se trouve le Taj Mahal. Après avoir visité 2 GH, nous commençons à nous décourager. Nous entrons dans un 3ème établissement en espérant que ce sera le bon… le gérant nous guide sur le toit, terrasse de l’hotel et là… c’est la vision de rêve : Dans la lumière du matin le Taj Mahal se dresse au milieu d’une vue panoramique sur le nord de la ville ! Une seule chambre se libère dans cette GH ce jour, et c’est justement celle qui se trouve SUR LA TERRASSE AVEC LA VUE IMPRENABLE SUR LE TAJ !!! Nous négocions tout de même le prix, ne pas perdre les bonnes habitudes, et dégustons un bon massala chai sur la terrasse en attendant que les occupants de notre nouvelle chambre aient fait leurs valises. Le lendemain à 6h du mat le réveil sonne, c’est l’heure de la visite tant attendue, et qui est soit disant bien plus époustouflante au lever du soleil. Après que la sécurité ait confisqué l’harmonica de Franck (qu’il récupérera après la visite) nous nous retrouvons devant la grande porte du Taj. Nous avançons lentement et à chaque pas le palais se dévoile un peu plus. Après avoir passé la porte nous restons là pendant quelques minutes, bouche bée ! On ne nous avait pas menti. C’est réellement impressionnant de beauté. La symétrie est parfaite. Le palais se détache des jardins entretenus et agrémentés de fontaines bleutées comme un joyau flottant atteignant la perfection. Nous resterons dans l’enceinte du palais quelques heures, jusqu’à que la chaleur nous oblige à trouver un coin plus frais. L’après midi nous nous décidons à prendre un rickshaw qui nous dépose devant le fort rouge. Bien que célèbre pour avoir été le point central du règne des empereurs Moghols, d’Akbar en 1565 à Aurangzeb 4 générations plus tard, en passant par Jahangir et Shah Jahan (celui là-même qui fît construire le Taj Mahal), on le connait aussi pour avoir été la scène de la révolte des cipayes en 1857, lorsque une garnison britannique résista 4 mois jusqu’à l’arrivée des renforts. Le zenana, quartier des femmes (les empereurs avaient plus de 1500 femmes autour d’eux, indicateur de puissance…),  des jardins somptueux, des palais et mosquées de marbre blanc sont construits à l’intérieur d’épais remparts de grès rouge qui laissent imaginer la puissance de l’empire Moghol qui domina presque toute l’Inde aux XVIe et XVIIe siècles.  Le lendemain, nous allons visiter le « Baby Taj », situé sur l’autre rive de la Yamuna. C’est un peu le précurseur du Taj Mahal, il fut édifié avant lui et semble être son petit frère. Moins imposant, mais ayant été édifié par une femme, les ornementations en marqueterie de marbre polychrome et les incrustations de pierres semi-précieuses en font un édifice magnifique.  Nous conseillons vivement à tous ceux qui font une halte à  Agra de casser la croute chez Joney’s : c’est un minuscule resto à 2 pas du Taj, où les banana lassis et les malai kofta sont à manger le verre et l’assiette ! Le 6 mai un train nous charrie vers la capitale Delhi. 

Agra
Album : Agra

12 images
Voir l'album

Publié dans:INDE |on 19 mai, 2010 |9 Commentaires »

De Pushkar à Bundi

Après quelques heures de bus nous arrivons le soir du 25 avril dans la ville sacrée de Pushkar. On connaît la ville de nom parce qu’elle est l’un des points de chutes des hippies dans les années 70… Ce que nous ne savions pas, c’est que c’est une petite ville très agréable, construite autour d’un grand lac. (Malheureusement quasiment asséché). Il y fait bon se balader : entre les ghats blancs et les rues calmes remplies d’échoppes de tous genres. Nous ne savions pas non plus que c’est la seule ville où l’on vénère Brahma, le Créateur, le premier dieu de la trinité hindoue. Nous avons passé 2 jours bercés par le rythme ralenti de la ville. Pour notre séance sportive nous montons au Savitri Temple qui se trouve sur une colline juste en dehors de la ville et d’où la vue panoramique sur Pushkar et les environnons est sublime. Le jour de notre départ des centaines de personnes sont massées dans les rues, habillées de leurs plus belles étoffes et il semble que la population a vu son nombre soudainement multiplié par 10 ! C’est un festival et la concentration maximum de personnes est autour du Brahma Temple. Les saris forment des groupes multicolores entre les quelques sadhus qui se trouvent dans la ville. Les sadhus sont des sages, considérés comme saints dans tout le pays. Ils ont renoncé à toute possession matérielle et vivent en ermites. Ils sont habillés souvent uniquement d’un tissu qui leur couvre l’essentiel, ils ont de longues longues dreadlocks, ils portent souvent un wagon de bijoux et sont parfois couverts de cendres. C’est l’occasion d’assister à un rassemblement très photogénique… 

Encore quelques heures de bus et nous arrivons à Bundi, ville des puits (à sec), mais peu fréquentée des touristes. Nous logeons au pied du palais surplombant la ville, lui-même situé en dessous du fort et de ses larges remparts. Nous visitons donc ces lieux laissés à l’abandon, pour le plus grand plaisir d’une horde de singes qui se font une joie de terroriser les touristes. Hélène en fait d’ailleurs l’expérience, quand un singe facétieux l’attrape par le bout du pantalon ! Le lendemain nous louons une moto et traversons la campagne pour nous rendre à une chute d’eau, dont malheureusement, nous ne verrons qu’un filet dégringolant dans une eau remplie de détritus. Franck tente tout de même de nous ramener le diner avec sa canne à pêche improvisée…en vain ! Nous rentrons donc brocouilles ! Nous nous consolons en dégustant un merveilleux lassi au safran, pistache et noix de cajou dans une gargote à l’abri d’une grosse averse. C’est notre première pluie en Inde, mais ça ne suffira pas à rafraichir l’atmosphère. Nous restons quelques jours dans cette charmante ville, puisque nous ne parvenons pas à prendre un train pour Agra au jour voulu. Le 2 mai nous faisons nos baluchons : Taj Mahal, nous voilà ! 

Pushkar, Bundi
Album : Pushkar, Bundi

21 images
Voir l'album

Publié dans:INDE |on 16 mai, 2010 |6 Commentaires »

Jaipur tout court!

Nous quittons le désert en espérant un peu de fraîcheur vers Jaipur… Mais ce n’est pas là que nous en trouverons davantage. Courte nuit inconfortable dans le train… M’enfin…  Nous profitons de cette étape pour nous reposer beaucoup, traîner dans notre GH que nous avons négocié WIFI included, youpi ! Nous aurons un peu de temps pour rattraper notre retard et écrire notre article de transition depuis l’Asie du Sud Est et les premiers articles sur l’Inde. Mis à part ça, nous allons dans le centre ville, admirer la fameuse devanture du somptueux palais des vents. Un peu plus loin, nous visitons le musée d’astronomie qu’un Maharaja de Jaipur passionné d’astronomie et d’astrologie avait édifié. La plupart des œuvres immenses expliquent, pour les matheux que nous ne sommes visiblement pas, des théories scientifiques farfelues (ou peut être le sont elles seulement pour nous ?) Nous y verrons le cadran solaire le plus précis du monde (à 10 secondes près) ainsi que d’autres constructions impressionnantes par leur taille et certainement par leur valeur scientifique, si nous les avions comprises… Peu importe, il est amusant de se promener parmi elles, une sorte de parc Astérix pour savant fou. Nous finissons notre tour de la ville en arpentant le bazar, nous faisant solliciter davantage qu’ailleurs. Jaipur est en effet la capitale du Rajasthan, nous sommes loin des précédentes petites villes tranquilles. On sent d’ailleurs ici le phénomène « capitale » car la vie est plus chère : aucun rickshaw n’accepte de nous ramener à notre hôtel, nos exigences en matière de prix ne semblent pas les satisfaire. Finalement un rickshaw vélo, on ne peut plus motivé qui nous suivait depuis un moment et dont le tarif est proche de ce que nous acceptons veut absolument nous ramener à notre hôtel malgré nos réticences : il n’est pas bien épais et s’use comme une bête à pédaler et à transporter 2 européens 2 fois plus gros que lui…(enfin surtout un). Pour le remercier de son dur labeur et nous déculpabiliser, nous rallongeons en laissant un bakchich.  Nous allons également visiter l’Ambert fort, audio guide vissé à l’oreille et nous embrouillons un peu avec notre rickshaw driver qui ne s’attendait pas à devoir patienter en bas du fort durant 4 heures, quand la visite est sensée ne prendre qu’1h30. Eh oui, Monsieur, nous on prend notre temps ! Nous sommes d’ailleurs passés derrière le fort pour visiter un très beau temple jain et nous balader dans l’ancienne ville. Nous voyons aussi un joli marché plein de couleurs et de vie. 

Nous profitons de notre longue étape à Jaipur pour trouver l’unique HSBC de la ville (et du Rajasthan) et faire le plein de roupies.  Nous quittons Jaipur après y avoir trainé nos tongs quelques jours. Une unique confrontation à la clim’ dans un resto de Bikaner a fait subir à Hélène un violent choc thermique qui s’est traduit par une méchante sinusite. Nous avons donc bien fait le plein d’énergie à Jaipur et sommes ravis de quitter la ville le 25 avril pour les 2 prochaines petites étapes qui nous attendent : Pushkar et Bundi ! 

Jaipur
Album : Jaipur

12 images
Voir l'album

Publié dans:INDE |on 9 mai, 2010 |10 Commentaires »
12

2 Porret au Brésil |
Location à Cargèse |
bourgeois71 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alissoned
| Brésil septembre 2009
| I Take you on a trip...