NOUS POURSUIVONS NOTRE VOYAGE… AU GOÛT DU MONDE !

Après avoir réalisé notre rêve de tour du monde, nous avons continué sur notre lancée en ouvrant le café du voyage AU GOÛT DU MONDE, 38 rue des Bernardines à Aix en Provence. Depuis le 6 septembre 2011 nos portes sont ouvertes à toutes celles et tous ceux qui cherchent un peu de liberté, de détente et d’évasion. Nous proposons une carte de tapas, bières, vins, cafés et thés du monde dans une ambiance relax, chaleureuse et un décor « voyage ». Même nos sacs à dos qui ont été nos plus fidèles compagnons pendant un an font partie du décor ! Alors rendez-vous au 38 rue des Bernardines pour une bonne Quilmes, Hinano ou Bourbon Dodo accompanée d’un guacamole ou de quelques empanadas ! A bientôt sur http://augoutdumonde.fr

Publié dans : Non classé | le 19 septembre, 2011 |1 Commentaire »

NOS SOUVENIRS…

1 an de voyage, de nomadisme, ça marque ! Le retour à la sédentarité, à la ville, à la   consommation, à l’administration, au marché du travail, ne se fait pas sans mal et sans nostalgie du vagabondage quotidien sans attache que nous nous sommes offert. Alors pour clôturer ce blog, et en réponse aux demandes de beaucoup d’entre vous nos fidèles lecteurs et supporters, voici quelques images des endroits qui nous ont le plus marqué. Impossible de faire un classement des pays par ordre de préférence, mais on peut quand même faire une petite sélection des plus beaux paysages, des plus beaux sites, des cultures qui nous ont le plus émerveillés.

argentine1233gimp.jpg On pourrait commencer par la Bolivie.

L’expérience que nous avons vécu dans ce pays est si unique qu’elle reste l’une des meilleures du voyage. Deux raisons à ça : le pays offre des paysages exceptionnels et une culture extrêmement éloignée de la notre et si omniprésente (à travers les tenues vestimentaires traditionnelles toujours portées, la feuille de coca indispensable aux travailleurs, les enfants collés au dos de leur maman sous le drap multicolore typique) que la visite du pays transporte le voyageur dans un monde vraiment nouveau. Un pays dans lequel la majorité de la population doit travailler dur pour vivre et cela se voit sur les visages et sur les mains des hommes et des femmes. Notre chauffeur et guide dans le désert du Sud Lipez et d’Uyuni nous laisse bouche bée quand il nous explique qu’il a traversé tout le désert durant la nuit pour venir nous chercher à la frontière chilienne. Les boliviens sont touchants. Ils sourient et leurs yeux en disent très long sur leurs vies laborieuses et austères. C’est un vrai plaisir de partager une bonne ‘cena’, le menu du soir dans toutes les gargotes du pays, en humant les bonnes odeurs de pollo, carne de cerdo  ou cordero qui viennent du barbecue qui fume sur le trottoir. Enfin, le salar d’Uyuni, pas de mot pour décrire cette plaine de sel immense, procurant au visiteur une sensation de pureté, d’infini et d’extraordinaire.

borabora36gimp.jpg Voici notre première photo de… BORA BORA!!

Ah la Polynésie… Les îles Sous le Vent… Maupiti… Huahine… Raiatea… Tahaa… Bora Bora… Moorea… Tahiti ! Le sable blanc, l’eau turquoise, la farniente sous les palmiers inclinés vers le lagon, les motus, la plongée dans les passes, l’arbre à pain, les mangues, la fleur de Tiare, le poisson cru et les colliers de fleurs… Et l’accueil des polynésiens, leur gentillesse, leur sourire, leur bienveillance. Une destination de rêve, un petit coin de paradis, les vacances dans les vacances, la carte postale en vrai, une parenthèse de bien être total dans notre voyage.

tdm457gimp.jpg Au coeur du volcan Bromo !

L’Indonésie, c’est sûrement notre coup de coeur d’Asie. Les volcans Bromo et Kawa Ijen de l’île de Java restent gravés dans nos mémoires. Bali, ses cultures en terrasse, sa végétation luxuriante, la forêt des singes à Ubud, la traversée de l’île en scooter, la plage cachée de Padangbai… Et puis notre coup de coeur dans le coup de coeur, lovée entre Lombok et Bali, l’île de Gili Trawangan où nous avons passé 8 jours de rêve, dans notre bungalow, tous seuls sur un terrain à une dizaine de mètres de la plage, cette île ou les voitures sont interdites, où on peut manger du poisson frais à tous les restos du sud et s’isoler sur une plage déserte au nord et nager avec les tortues, que du bonheur!

Voilà notre petite sélection, une petite partie de nos milliers de souvenirs que nous avons eu plaisir à partager avec vous et que ce blog nous permettra de consulter à volonté.

« Comme tout ce qui compte dans la vie, un beau voyage est une oeuvre d’art. » André Suarès

« Voyager, c’est demander d’un coup à la distance ce que le temps ne pourrait nous donner que peu à peu. » Paul Morand

« HEUREUX QUI, COMME ULYSSE, A FAIT UN BEAU VOYAGE. » Joachim du Bellay 

 

 

 

Publié dans : Non classé | le 19 mars, 2011 |6 Commentaires »

BONNE ANNEE, SANTE, BONHEUR ET VOYAGES…

En espérant que vous avez tous passé de bonnes fêtes et que la nouvelle année vous apporte santé, bonheur et plein de voyages… Nous on va un peu se calmer et réapprovisionner les comptes au plus tôt !

Notre retour que nous appréhendions un peu s’est très bien passé et l’accueil de nos familles et amis a été joyeux et plein d’émotions. Nous avons mis quelques photos et un petit film de la première batucada faisant le show dans un aéroport, voici le lien :http://www.youtube.com/watch?v=5TiY_ceghiA

Petit retour en arrière, notre attente à l’aéroport de Sao Paulo au Brésil le 20 décembre. Un peu d’angoisse à attendre de savoir si Heathrow allait rouvrir, si l’Eurostar marcherait… Finalement notre avion décolle à l’heure, atterrit à l’heure. Nous fonçons à St Pancras, gare de l’Eurostar où nous attendent des heures interminables de queue le long d’un serpentin qui s’étend autour de la gare et dans les rues avoisinantes sur 2 km ! L’armée du salut est même là pour nous distribuer café, thé et soupe populaire. La politique c’est premier arrivé, premier servi : Hélène réussira à rentrer dans le train vers 15h, le départ une heure plus tard et l’arrivée vers 20h… Avec juste 3h de retard !!

Nous arrivons tous les deux finalement à bon port, l’un à Marseille (Ryanair était à l’heure), l’autre à Paris ou famille et amis nous attendent avec impatience. Les jours suivants seront riches en émotions entre les retrouvailles, la préparation de noël et du jour de l’an. Au passage un petit coup de pub à l’oncle de Franck, Eddie Alter, qui a organisé un réveillon du jour de l’an pour le moins original puisqu’il s’est passé sous l’eau, une belle vidéo avec champagne débouché à -5 mètres, cliquez ici : http://blog.sepiou-plongee.com/132.html

Nous nous retrouvons le 3 janvier dans le train qui redescend Hélène et ses parents à Menton, tandis que Franck monte à Aix. Quelques jours de repos dans le sud en famille, d’abord à Menton, puis à Marseille, avant de retrouver Paris fin janvier et de recommencer à travailler, mettre des sous de côté et préparer notre projet professionnel pour le dernier trimestre 2011 !

Pour l’instant nous préparons notre exposition photos /sons et espérons trouver une salle rapidement, nous remercions au passage radio Maritima ainsi que le journal la Provence qui ont publié un bel article dans la copie du 3 janvier.

leretour.jpg

Retour à la maison
Album : Retour à la maison

10 images
Voir l'album

Publié dans : Non classé | le 5 janvier, 2011 |5 Commentaires »

Brésil : d’Iguaçu à Rio de Janeiro

Nous atterrissons le 11 décembre à Sao Paulo. La ville ne nous parait pas très accueillante au premier abord (nous ne prendrons d’ailleurs pas le temps d’attendre le deuxième abord) et les hôtels sont très chers. Nous nous retrouvons dans une chambre triste et malodorante, avec vue sur la misère du monde… Nous filons dès le lendemain vers Iguaçu, 12 heures de bus pour arriver à Foz de Iguaçu du côté brésilien, et une demi heure de plus pour aller jusqu’à Puerto Iguaçu du côté argentin, ville que nous rejoignons sans tarder sachant que l’argentine est meilleur marché que le brésil. Nous posons nos sacs dans un Hostelling International (valeur sure) et la soirée est dédiée au repos. Franck ayant pris un bon coup de froid dans le bus climatisé à -5 degrés, le lendemain c’est encore relâche. Au programme : détente, blog et couture. 

C’est le lendemain matin que nous prenons le bus qui nous dépose à l’entrée du parc naturel des chutes d’Iguaçu. La journée est ensoleillée, pas un nuage en vue. Nous parcourons d’abord le sentier du bas. Nous croisons quelques coatis gourmands sur le chemin qui mène aux points de vue panoramiques. Le spectacle est d’une puissance incontestable et d’une beauté saisissante. Des milliers de litre d’eau boueuse tombent. Des passages proches de chutes nous rafraichissent alors que la chaleur commence à être difficilement supportable. Puis c’est le sentier du haut que nous suivons. Il nous donne une vue plongeante sur les chutes, nous conduisant juste au bord de celles-ci. Enfin nous finissons par le clou du spectacle après avoir emprunté le petit train écologique : la gorge du diable. Une série de passerelles nous font traverser une grande partie du fleuve, et nous permettent de rencontrer quelques jolis papillons de toutes les couleurs et de toutes les tailles ainsi que quelques lézards énooormes.  Au final le spectacle est largement à la hauteur de nos espérances. C’est un gouffre sans fond qui s’offre à nous, engloutissant tel un trou noir dans un volume sonore assourdissant des tonnes d’eau. Nous restons devant cette merveille pendant une heure, admirant la puissance de la nature dans sa plus belle expression et dans un cadre exceptionnel, celui de la forêt amazonienne. 

Le lendemain nous retournons du côté brésilien, pour aller visiter le parc des oiseaux dont Jérôme et Delphine nous avaient parlé. Nous ne sommes pas déçus du voyage en rentrant dans les volières au beau milieu de dizaines de perroquets multicolores énormes assourdissants qui passent à quelques centimètres de nos têtes. D’autres volières nous mettent nez à nez avec de superbes toucans, d’étonnants colibris et avec des ibis rouges flamboyants. Ce n’est pas uniquement un parc aux oiseaux, nous croisons également un iguane, un croco et un anaconda. A la sortie nous ramassons quelques plumes de perroquet quand un garde du parc nous propose de servir de branches à un perroquet d’abord, puis à un jeune boa malicieux. 

Nous enchainons sur un bus pour revenir à Sao Paulo et connexion pour Rio de Janeiro dans la foulée. 

Arrivée à Rio le 17 décembre. La chaleur est encore plus étouffante qu’à Iguaçu. Nous nous retrouvons au Bamboo Hostel, tout près de la célèbre plage de Copacabana. La nuit est déjà tombée à notre arrivée, c’est donc le lendemain que nous partons à l’assaut du Corcovado au sommet duquel se trouve le photogénique Christ Redempteur. Malheureusement nous n’aurons droit qu’à 10 minutes de temps clair, juste le temps pour quelques photos, avant que la brume ne nous entoure de nouveau. 

A notre redescente, un passant nous informe que le stade Maracana est fermé, visite impossible ce jour. Nous sautons dans un bus qui nous pose sur la plage d’Ipanema, bondée en cette fin de journée. Elle est d’ailleurs bondée de moustiques aussi, Hélène en fera les frais avec une bonne cinquantaine de piqures. 

Nous passons le 18 décembre sur la plage de Copacabana, histoire de nous tremper dans l’océan survolté de cette plage mythique au beau milieu de centaines de fessiers et de poitrines tous plus bombés les uns que les autres, strings de rigueur (sur fessiers de toutes tailles d’ailleurs, démystifions !!). 

C’est notre dernière journée du voyage à proprement parler puisque nous passerons les 19 et 20 décembre dans les transports. Le voyage s’achève donc tranquillement sur le sable, ou plutôt en fanfare puisqu’en rejoignant notre hôtel nous tombons sur une grande batoucada précédée de danseuses de samba. Nous les suivons pendant une bonne heure. Une belle manière de clore cette année autour du monde dans une ambiance festive. Pas de photos souvenir, il est déconseillé de transporter des affaires de valeur dans Rio. 

Retour à Sao Paulo pour prendre notre dernier avion le 20 décembre à 18h30 (Hélène vit les 10 heures d’attente les plus longues de sa vie, à ne pas savoir si le vol va pouvoir partir ou s’il va être annulé, ambiance électrique). France nous voilà, nous devrons nous séparer à Londres, Hélène prendra son train pour Paris et Franck son avion pour Marseille, pour rejoindre nos familles respectives. 

 

Merci à tous de nous avoir suivis, encouragés, motivés tout au long de cette année exceptionnelle. Nous vous souhaitons à tous de merveilleuses fêtes de fin d’année, en espérant vous voir très bientôt !

Brésil
Album : Brésil

19 images
Voir l'album

Publié dans : BRESIL | le 22 décembre, 2010 |4 Commentaires »

De Nazca à Lima

En effet le 6 décembre nous embarquons pour le voyage sans fin ! Départ de Cuzco à 18h30, pour une arrivée prévue à Nazca le lendemain à 6h du matin, soit un peu moins de 12h de route. Malheureusement le destin en voudra autrement. Après 2h de route sans encombre et même somnolentes, nous sommes réveillés par notre « hôte de terre » pour un récit quelque peu surprenant : le bus avait été arrêté quelques minutes auparavant par une femme faisant de grands gestes au milieu de la route. Elle aurait été témoin d’un accident : Une voiture aurait renversé une autre piétonne quelques minutes avant notre arrivée, le corps de cette dernière gisant en plein milieu de la route. Ayant constaté la scène, le bus reprend la route et 10 minutes plus tard, nous sommes arrêtés par la police au village suivant. Il semblerait qu’un automobiliste circulant dans le sens inverse ait aussi vu le corps de la jeune femme et notre bus arrêté juste à côté et ait téléphoné à la police pour signaler l’accident, pensant que notre bus avait lui-même renversé cette personne. Nous attendons que la situation se décante en errant autour du bus pendant que le chauffeur répond aux questions des policiers au commissariat. Et ils attendent surtout la personne qui nous a arrêtés sur la route, seul témoin de l’accident, et qui semble avoir disparu dans la nature ! Après plus de 2 heures d’attente un policier décide de faire une inspection du bus… et il trouve rapidement des traces de sang sur le côté de l’une des roues  !!! Et il informe notre chauffeur : le bus ne bougera pas d’ici, il doit être inspecté pour les besoins de l’enquête, une vraie immersion dans un épisode des experts au Pérou ! Dans les minutes suivantes le témoin unique est enfin là mais notre bus ne reprendra pas la route. Il faut maintenant attendre un autre bus qui part de Cuzco et qui sera là dans 2 heures d’après notre « hôte de terre ». Ce ne sera que 3 heures plus tard que nos bagages seront chargés dans notre nouveau bus sous une pluie battante et que nous repartirons enfin !! Et 5 heures de retard, un voyage qui aura finalement duré 17 heures ! 

Arrivée à Nazca sous une chaleur écrasante, dure transition après le frais des hauteurs de Cuzco. Nous sommes accueillis par un hôtelier ayant pris la peine de venir à l’arrivée du bus et nous installons dans notre chambre à quelques minutes à pied du centre ville. Nazca est située en bordure d’un plateau désertique, une pampa aride qui a été rendue célèbre en 1939 lorsque l’on y découvrit de mystérieuses figures et lignes, tracées probablement entre l’an 300 et 900 de notre ère. Ces motifs s’étendent sur des dizaines de kilomètres dans le désert. Les archéologues parlent d’un calendrier astronomique, d’autres parlent de routes sacrées, d’autres pensent à des dessins liés à l’approvisionnement en eau, d’autres encore, moins crédibles, évoquent des pistes d’atterrissage pour ovnis !!  Après étude des prix nous nous décidons à réserver 2 places dans un coucou pour survoler ces dessins étranges. C’est le lendemain vers 9h du matin que nous embarquons dans un 5 places, 7 avec pilote et copilote, pour une demi heure de vol. Deux minutes après le décollage nous survolons les premières figures. Nous sommes à 200 mètres du sol. Ça bouge pas mal mais la vue est magnifique. Le pilote survole chaque dessin 2 fois, en virant d’un côté d’abord, puis de l’autre. Sur les photos que nous avons mis en ligne on peut voir dans l’ordre le colibri (96 mètres), l’astronaute (32 mètres), le héron (300 mètres !), l’araignée et le perroquet. Nous survolons aussi le singe, le condor, l’arbre, la baleine, et des centaines de lignes et de trapèzes dans tous les sens, souvent les uns sur les autres. L’expérience est exceptionnelle, même si Hélène ainsi que 2 autres passagers doivent se servir du petit sac qui leur a été remis au départ… L’après midi nous décidons d’aller visiter le musée Antonini qui nous embrouille un peu plus sur l’origine de ces lignes et qui explique aussi les diverses fouilles faites dans la région, où beaucoup de cimetières pré-incas ont été mis au jour par des pilleurs de tombes, avec des momies et des ossements sur des kilomètres. 

Une nuit de plus à Nazca et nous prenons un bus tôt le matin du 9 décembre, direction Lima où nous retrouvons Delphine, Jérôme et Amandine pour un dernier repas, dans un couvent tenu par des missionnaires françaises, un repas excellent et hors du commun, nous aurons même droit à l’Ave Maria chanté par les nonnes ! Tout le monde décolle le lendemain, Amandine termine son voyage en Amérique du Sud et retourne en France, Delphine et Jérôme partent en Asie pour de nouvelles aventures et nous devons décoller aussi le 11 décembre à 1h du mat pour notre dernier pays du voyage, le Brésil.

De Nasca à Lima
Album : De Nasca à Lima

10 images
Voir l'album

Publié dans : PEROU | le 19 décembre, 2010 |3 Commentaires »
12345...16

2 Porret au Brésil |
Location à Cargèse |
bourgeois71 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alissoned
| Brésil septembre 2009
| I Take you on a trip...